Lapaz (Bolivie)

La Paz, capitale de la Bolivie, nous apparaît dès notre arrivée comme gigantesque. La ville est perchée à 3800m dans les moindres reliefs des montagnes et autant dire qu’il n’y a que les falaises qui semblent épargnées par l’homme.
Face au gigantisme de la ville et la beauté qui pourrait ressortir d’une telle implantation, il faut bien noter que les nombreuses cuvettes qui forment la ville ne favorisent en rien l’évacuation de la pollution… La Paz est contaminée par une marée de voitures qui rend l’atmosphère impropre à la flânerie.
image

Nous arrivons devant un Hostel conseillé pour son côté bon marché. Le couple de voyageur a omis de préciser l’insalubrité des chambres – poussière, humidité, lit à ressorts détendus – et l’ambiance très « glauque » de la vieille bâtisse en général.
Tout cela pour dire que le dedans et le dehors n’allait pas forcément dans le sens de Copacabana qui fut ressourçante malgré la journée de maladie.

Quoi qu’il en soit nous ne perdons ni l’esprit ni l’appétit et nous mettons en route pour quelques restaurants relevés sur internet. Je crois que c’est l’histoire de notre passage à La Paz: manger.
Du coup c’est indispensable de parler du restaurant Français « Chez Moustache » où nous avons adoré pouvoir manger des cuisses de canard confites et une bonne tartiflette, le tout avec un plat d’oeufs cocotte au saumon fumé qui a fait la joie de Solène.

image

Petite place près de l'hôtel

La zone touristique de La Paz a la particularité d’abriter un immense marché d’objets divers.
Il est possible d’y trouver des fruits et des légumes, des vêtements, des ustensiles de cuisine, des outils, et tout ce qui peut être utile pour la vie du quotidien. De fait, on peut dire que La Paz est un marché à part entière avec ses rues interminables jonchées d’etables en tout genre. Autant dire qu’il est nécessaire de s’échapper de la foule pour avoir un peu d’air (pollué…).
Un autre marché nous a semblé intéressant par son nom attractif : le marché des sorcières. Alors que nous nous attendions à voir des sacs remplis d’herbes et des marmites de soupe au yeux de serpent, ce n’est ni plus ni moins que des petits magasins de colliers, totems (retrouvés dans les plus grands attrape touriste) ou d’infusions. Il y a néanmoins sur la devanture des foetus de lamas à acheter et mettre sous les fondations des bâtiments pour porter chance.

Cette fois il n’y a pas de métro mais des téléphériques à la grande joie des filles épanouies de se croire au ski. Survoler la ville fut un beau spectacle de 17 minutes.
image
image

La Paz ne m’a pas affecté plus que prévu et nous attendons tous l’arrivée à Tupiza pour commencer l’excursion vers le désert d’Uyuni.

Publicités